LRDM-banniere

Dimanche 14 Mai
Nous nous sommes réunis à Plan de Cuques.
Le nom en vieux provençal de Plan-de-Cuques signifiait Plateau ou plaine des tas, des meules (de foin) c’était une commune agricole.
« Tas » pouvait être interprété autrement mais la légende ne me convient pas. Tas peut aussi signifier « morts » et cela ne me convient pas.
Vous le savez puisque je vous en ai déjà parlé à Plan de Cuques. Il existe le quartier de la Montade où vivaient dans des grottes nos ancêtres, les Montadiens.
Hommes préhistoriques. Le Montadien est à placer essentiellement au VIIIe millénaire avant J.-C.
Il est un fait que ces hommes aidés de leur intelligence avaient tout à faire. Ils vivaient de pêches, de chasses et de cueillettes. Peut-être que chez eux il y avait des problèmes d’exclusion mais l’instinct de survie devait à cette époque là, être plus important que l’instinct de discrimination.
Cette intelligence qui les a aidés à se développer, à grandir, qui est aussi notre type de perspicacité, cette intelligence peut nous desservir parfois maintenant. Il a fallu que des humanistes créent le Secours populaire et que d’autres humanistes créent des rassemblements.
Cette commune riche de son passé organise la concentration du Secours populaire.
Tout ce qui est humain est nôtre.
Le Secours Populaire L’action humanitaire n’est pas née ces dernières années. Terence dit « rien de ce qui est humain ne m’est étranger ».
Il fallait que notre club riche de ses anciens, participe à cette concentration. D’après mes renseignements nous devions être 20.
Ce jour là nous sommes partis un peu dans tous les sens. Je ne me suis même pas inscrite. Excuses.
Nos amis les plan-de-cuquois nous avaient concocté un itinéraire à la hauteur de leur générosité.
Que de cols. La montée des Termes , Trest, le petit Galibier, entrée d’ Auriol, Les boyers, Le Pigeonnier, Valdonne, La Valentine, Cadolive, retour par les Termes et Plan de Cuques .
Ce jour là je n’arrivais pas à avancer et encore moins à prendre des photos et je remercie toute l’équipe qui m’a aidée. C’est dans ces occasions là que l’on peut vivre l’unité d’un club.
Cette épreuve me conforte dans l’idée que pour vous suivre messieurs je dois troquer ma moulinette contre un vrai vélo. A St Chamas Messieurs Marie Assistant photo JP Simon Plan de Cuques.